Vous rêvez de reconversion, de trouver du sens à votre travail ? Alors probablement avez vous commencé à lire des articles, à passer des tests en ligne, à consulter des organismes de bilan de compétences, des coachs, ou des solutions digitales… et vous ne savez plus à quel saint de la quête de sens vous vouer ? !

Alors, pour venir vers Primaveras pour de bonnes raisons, je partage 4 proverbes qui vous permettront de comprendre ce qui se joue dans une reconversion, et partager ainsi le fruit de nos années d’observation et d’accompagnement de notre communauté de Primavéristes

 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point

 

Par certaines publications, ou publicités, se répand l’idée qu’implicitement une reconversion est le résultat d’un déclic « métier » qui, en aussi peu de temps qu’il faut pour l’énoncer, permet d’atteindre la destination parfaite. Dans la réalité, un changement professionnel éprouve l’impatience, car il n’y aura pas d’apparition miraculeuse de « votre voie » au détour d’un test ou d’un coaching.

Une reconversion doit être abordée avec patience, par étapes, même si l’envie de résoudre son quotidien est immense. Une reconversion requiert du temps, elle peut prendre des mois, parfois des années. Mais elle sera plus efficace et solide pour ceux qui – telle une tortue – ne précipiteront pas l’action et avanceront avec méthode. Les tortues parviendront à destination avec plus de sérénité et de fiabilité, tandis que les lièvres, attirés par les sirènes de la promesse d’une réponse rapide, peuvent louper l’arrivée à bon port …

 

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

 

De la découverte du job des rêves à la prise de poste, le changement serait une affaire de technique, et en deux coups de cuiller à pot, tout serait joué ! Détrompez vous : il ne suffit pas de savoir où aller pour y aller. Seule la pratique, l’expérimentation, le « terrain » permettent de savoir si la destination qui a été imaginée est la bonne, si c’est un métier qui vous correspond. Seule la pratique de la forge permettra de savoir quel forgeron vous voudrez être, et vous deviendrez. Car il y a de multiples façon de travailler le métal, de multiples lieux où établir son atelier, de multiples clients à satisfaire par son art … . Il y aura donc bien plus d’efforts à consacrer à la recherche du comment et dans quelles conditions exercer son métier, … qu’à trouver ce métier.

 

L’habit ne fait pas le moine

 

On entend fréquemment qu’il suffirait de suivre une formation pour se reconvertir, et que le diplôme en poche, tout s’ouvre comme le tapis rouge. Ce que dit le proverbe, c’est que le diplôme ne fait pas le métier, ou qu’il n’est pas suffisant pour devenir moine, voire qu’il est possible de le devenir sans l’habit ?

En effet, la reconversion n’est pas le passage d’un déni total de son passé vers un page blanche où tout serait à écrire ! De manière subtile et personnelle, la reconversion fait pivoter le passé professionnel vers une autre étape, parfois éloignée, parfois proche, mais avec des compétences, des vécus et des appétences. Notamment pour ceux qui en sont déjà bardés, un diplôme de plus pèse bien moins que la capacité à savoir choisir ce qu’on garde, à choisir ce qu’on laisse de côté, et ce qu’il faut développer. Pour cela, aucun habit ne serait nécessaire, mais plutôt de la pratique – de forger ! – afin de vous assurer que vous pouvez devenir forgeron… et qu’un cours sur les métaux suffirait à achever votre reconversion !

 

Vouloir, c’est pouvoir

 

Ces trois proverbes qui précèdent illustrent trois clefs de réussite d’une reconversion. Mais si la patience ou la pratique sont déterminantes, rien ne peut s’opérer sans une volonté solide. Car au seuil du doute, quand on hésite à changer de voie, à quitter son poste, se pose systématiquement une question essentielle : suis-je capable de faire autre chose ? Serai-je crédible dans un nouveau projet professionnel ? … La réponse est oui. Oui car ce qui est le plus déterminant dans les changements de carrière qui nous font rêver, ce n’est pas de trouver impérativement le métier idéal, mais bien davantage d’avoir la volonté ferme de changer. Cette volonté, lorsqu’elle est solidement ancrée, est prête à affronter l’incertitude comme les obstacles qui ne manquent jamais de se présenter sur le chemin. La réussite d’une reconversion est à moitié accomplie quand il y a de la détermination, de la pugnacité.

Alors tout devient en votre pouvoir !

Partagez cet article :

Une question précise ?