Face aux défis de la transition écologique, nous sommes nombreux à vouloir agir, mais faut-il forcément quitter son job et se reconvertir ? La tentation est certes souvent réelle de vouloir un travail « à impact ». Cependant, il y a loin de la coupe aux lèvres. Aussi, je recommande vivement de mettre du discernement dans ses décisions avant de faire le grand saut écologique héroïque ! Les changements à engager sont multiples et nécessitent donc l’implication de tous, dans toutes les organisations, … même les moins vertueuses.

 

La transition écologique commence par soi …

 

Les actifs qui se mobilisent contre le réchauffement climatique peuvent vite avoir un sentiment de schizophrénie. D’un côté, ils militent pour la cause écologique. Et de l’autre, ils entretiennent par leur job un système désastreux en termes d’empreinte carbone. Face à ce dilemme, la volonté de partir est forte. Pourtant – et c’est une évidence qui mérite d’être rappelée – le travail ne fait pas tout. A cet égard, nombre d’actifs cherchent un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée. Alors, n’est ce pas le moment d’appliquer cette aspiration en commençant par trouver son impact en dehors du travail ?

C’est en tout cas le premier conseil à suivre avant de tout plaquer. Ce serait un même un excellent test pour se prouver qu’on est capable de changer les choses … en commençant par soi-même ! Par provocation, celui ou celle qui ne s’attelle pas à la transition écologique dans sa vie personnelle a peu de chance de changer le monde dans sa boîte ! L’idée simple consiste donc à se trouver un terrain d’expérience d’impact écologique dans sa vie personnelle.

Myriam a ainsi renoncé pour le moment au grand changement. Commerciale dans une ESN, elle a ainsi choisi de s’engager dans une action bénévole d’aide aux femmes migrantes, qui lui permet de se sentir utile sans changer de métier. Ce choix l’aide à supporter certaines incohérences de son travail sur le plan de la transition écologique et sociétale. Ce qu’on appelle « side project » désigne à juste titre cette activité qu’on peut mener « à côté » de son travail. Elle jouerait comme un exutoire face à l’injonction paradoxale du monde professionnel. Elle permettrait d’agir à une échelle personnelle, plus à la portée de chacun.

 

Ensuite, reconvertir le monde de l’intérieur …

 

Mais cette forme d’action est souvent déjà présente chez les personnes les plus sensibilisés à la cause environnementale ou sociale. Ces dernières ont par conséquent commencé à entreprendre à leur niveau des changements qui participent à créer de nouveaux comportements. Que ce soit en termes de consommation ou de mode de vie, voire de choix d’organisation, les salariés les plus engagés ont développé des capacités dont ils n’ont pas toujours conscience. Capacités de conduite du changement ou capacité d’alignement des actes et des valeurs.

Ces capacités peuvent être alors mobilisées à l’intérieur des organisations dont ils sont les acteurs voire les managers. Car ceux qui ont expérimenté des ruptures dans les habitudes de vie disposent d’une capacité de persuasion redoutable. Elle peut ainsi largement être déployée auprès des collègues, des partenaires ou des fournisseurs, afin de propager de nouveaux usages par exemple.

En d’autres termes, les salariés engagés possèdent un réel pouvoir d’influence. Ils disposent de la faculté de reconvertir les comportements de leur propre organisation à la transition écologique, sans quitter leur job. Cet force d’impact est en particulier à la portée des cadres, managers ou en situation de décision. Antoine, était ingénieur dans une petite entreprise de fabrication de moteurs basée en région aquitaine. Il a ainsi réussi à convertir dès 2019 ses équipes au télétravail, dans une culture industrielle très attachée au présentiel. Son idée de l’époque : réduire les trajets inutiles et l’empreinte carbone de sa société, en agissant au niveau de son service. Et, sans le savoir, il a préparé sa PME à réagir aux confinements de la crise sanitaire !

 

Quitter son job, quand on a tout essayé … ?

 

Cependant, les ambitions de certains sont parfois douchées par les multiples raideurs du management. Les petites touches de changement peuvent paraître à d’autres disproportionnées par rapport aux grands défis à relever. Aussi, face à un sentiment d’insuffisance des impacts sur la transition écologique, l’issue consisterait-elle à quitter son job et se reconvertir ?

Une telle décision ne doit pas être prise à la légère. D’une part, parce que l’herbe n’est pas toujours plus verte dans l’entreprise d’à côté. L’expression est parfaitement appropriée dans le domaine des politiques écologiques souvent décriées pour greenwashing … Encore faut-il distinguer ce qui relève de l’action volontariste et de l’affichage intentionnel !

D’autre part, le critère de la finalité écologique n’est qu’un paramètre parmi d’autres pour décider de l’environnement de travail qui nous correspond vraiment. Changer de travail au motif que son métier n’est pas vertueux sur le plan écologique peut être une juste motivation. Mais, choisir un travail pour le seul critère d’une activité qui concourt à la transition écologique est une erreur. Car la motivation au travail est bien plus complexe qu’une équation à la seule inconnue de l’écologie.

Article de Laurent Polet, co-fondateur et Professeur en Management à l’Ecole Centrale Supélec


 

Envie de faire le point sur votre carrière, de retrouver du sens au travail ? Découvrez notre programme l’Émulateur et inscrivez-vous à l’une de nos visios d’informations pour rencontrer notre équipe et poser vos questions !
Découvrez Primaveras en visio d’information ici !
Vous pouvez suivre toutes les actualités de Primaveras sur Linkedin et Facebook.
Partagez cet article :

Une question précise ?