L’époque serait à la reconversion ! Si on en croit les chiffres, plusieurs millions de salariés aspireraient à se reconvertir. Mais tous ces actifs se posent rapidement la question de savoir dans quoi se reconvertir. En effet, ceux qui ont la réponse ne se posent pas la question. Alors cette question devient vite centrale quand on est dans le flou. Se reconvertir, oui c’est sympa, mais alors dans quel métier ? Prenons un peu de hauteur pour analyser tout d’abord ce que cache cette question. Nous proposerons une piste de réponse tout simple.

 

L’appel des métiers en tension

 

Commençons par décortiquer cette question sous l’angle des métiers dans lesquels il faudrait se reconvertir. Car quand on interroge « Dans quoi se reconvertir » cela supposerait implicitement qu’il existerait des métiers sans lesquels « il fait bon se reconvertir »!. Naturellement, les pensées se portent automatiquement sur les métiers qui recrutent. Les marchés en tension seraient de bonnes sources d’inspiration pour réussir une reconversion professionnelle. La réponse à la reconversion se trouverait là où on aurait du mal à embaucher.

Mais cette vision comporte un énorme biais. Rien ne garantit en effet que là où il y a pléthore de postes à pouvoir, réside la réponse à votre besoin de changement. Aucune loi ne permet de considérer que les secteurs en tension proposent des métiers qui vous correspondent. C’est d’ailleurs une idée fausse, souvent entretenue par les dispositifs gouvernementaux. Les plans de restructuration orientent souvent des cohortes de salariés vers des métiers nouveaux. Ainsi cette représentation nous laisse penser qu’il suffit de migrer vers les métiers en tension pour se reconvertir. C’est une option qui peut rassurer, mais elle ne donne aucune garantie que cela fonctionnera pour tout le monde.

 

Reconversion : le mythe du job idéal

 

Continuons à déconstruire cette questions par des représentations fortement ancrées. Faut rappeler ici que le job idéal n’existe pas ? Il est certain que nombre d’articles de presse diffusent cette idée qu’un job idéal existe quelque part pour chacun de nous. Il faut aller à sa recherche tel une quête du Graal ! Ce job idéal n’existe pas et c’est même une très bonne nouvelle, voici pourquoi.

Les formations que nous avons suivies dans nos études supérieures nous ont permis d’acquérir des connaissances qui nous destinaient à exercer plusieurs métiers. Par la suite, la succession d’expériences professionnelles que nous avons eues nous ont permis de développer des aptitudes. Ces aptitudes sont très souvent transférables à de nombreux autres professions ou secteurs. En toute logique, nous pouvons donc – grâce à ces expériences – nous orienter dans de multiples métiers. Sauf que nous ne le savons pas. Ce qui explique que nous imaginons que seul un métier unique, encore inconnu, satisfera à toutes nos aspirations.

Cette position peut paraître provocatrice car elle viendrait tuer dans l’œuf une des principales source de motivation pour changer de métier. Les personnes qui ont envie de se reconvertir le feraient souvent pour accéder enfin au travail qui leur est parfaitement destiné ! Ou encore que ceux qui réussissent une reconversion vivent un état de plénitude absolue !

 

Conjuguer « Se reconvertir » au pluriel

 

La réponse à cette interrogation légitime « Dans quoi se reconvertir » réside donc dans la manière d’aborder la recherche de réponse. Il ne s’agit pas de partir au front du marché du travail pour sélectionner les emplois les plus prisés. Il ne s’agit pas non plus de se lancer dans une quête du métier idéal qui cocherait toutes les cases de sa quête de sens. Il s’agit de s’engager dans une démarche méthodique qui accepte que les réponses puissent être multiples. Ce faisant, les pistes de reconversion apparaissent sous un autre jour, elles sont plurielles.

Si nous prenons pour exemple la manière de procéder dans la méthode Primaveras, la recherche de voies de reconversion repose sur un travail d’élaboration de critères et de priorités. Savoir dans quoi se reconvertir peut même alors apparaître assez simple et rapide. Quand cela se traduit par la définition de ce dont a besoin et de ce qui est le plus important pour vous. Les critères correspondent d’une part à ce dont on a besoin, les priorités correspondent d’autre part à la hiérarchie entre ces mêmes critères. Dans cette manière de faire, il est évident qu’il y aura plusieurs professions, plusieurs métiers, ou plusieurs univers qui vont apparaître. Après cela, il reste à faire un choix …!

 


Envie de faire le point sur votre carrière, de retrouver du sens au travail ? Découvrez notre programme l’Émulateur et inscrivez-vous à l’une de nos visios d’informations pour rencontrer notre équipe et poser vos questions !

 

Découvrez Primaveras en visio d’information ici !

 

Vous pouvez suivre toutes les actualités de Primaveras sur Linkedin et Facebook.

Une question précise ?