Article de Laurent Polet, Professeur en Management à l’Ecole Centrale Supélec.

Diplôme en poche depuis quelques années, vous vous posez parfois cette question : « quel sens donner à ma vie professionnelle ? ». Ce sentiment de ne pas être à sa place, d’avoir suivi une voie toute tracée sans avoir vraiment choisi son métier n’est pas rare en début de carrière. Comment alors savoir s’il faut se réorienter quand on a 30 ans ? Voici quelques clés pour vous aider à y voir plus clair.

L’époque change, et les jeunes diplômés en début de carrière sont le reflet et les acteurs des mutations du monde du travail. Désormais, ils le savent, le chemin n’est pas défini à l’avance. « Je suis perdu », « Je n’ai pas envie de rentrer dans une case toute ma vie », « J’ai suivi ces études parce que j’étais bon en maths », « Je me sens à l’étroit dans mon job »… sont les réflexions de plus en plus récurrentes chez les jeunes actifs.

 

30 ans : un fort besoin de « sens » pour avancer

 

Le temps où les diplômes dessinaient des carrières relativement prévisibles, qui ne nécessitaient pas de remise en question régulière ou profonde, est révolu. L’incertitude est désormais de mise : instabilité des organisations, allongement de la vie professionnelle, émergence de nouveaux métiers… Face à cela, certains essayent de chercher du « sens au travail », d’autres se demandent s’ils doivent se repositionner, voire oser une reconversion professionnelle ! Il en va de leur motivation et de leur équilibre.

Donner du sens, se réorienter, trouver un meilleur équilibre, avoir un travail où on se sent utile, tout cela est possible, même à 30 ans. Mais cela exige de la patience, de l’engagement et du pragmatisme.

La démarche type pourrait se dérouler en trois étapes. D’abord, la recherche de sens se construit dans l’action, et dès le début de carrière. Profitez de vos projets, de vos rencontres, de vos expériences, même extra professionnelles, pour mieux définir les besoins qui vous correspondent. Puis posez-vous en permanence la question de ce qui vous anime « vraiment ». Alors vous constaterez que tout ce qui est important pour vous, n’a pas le même degré importance ! Certaines préférences comptent plus que d’autres pour se sentir vraiment motivé.

Prenons l’exemple de cette jeune diplômée d’école d’ingénieur, douée en maths. Elle pressent qu’elle se lassera vite de passer ses journées à manipuler des formules. Elle découvre ainsi par ses différents stages qu’elle préfère qu’on lui reconnaisse sa capacité à nouer des contacts qu’à résoudre des problèmes abstraits. Également, ses diverses expériences internationales, lui confirment qu’elle adore pratiquer les langues étrangères. Pourtant, elle préfèrera travailler en France, pour des raisons familiales, etc … Bref, chaque expérience va orienter ses préférences.

 

Donner du sens est une compétence à cultiver

 

La deuxième étape est une question de prise de décision, de choix, ou de priorité. Car ne pas hiérarchiser vos préférences peut vous emmener à ne jamais passer à l’étape suivante… D’ailleurs, la méthode que développe Primaveras pour aider les talents à se repositionner trouve une partie de son fondement dans les modèles d’aide à la décision. Pour notre jeune ingénieure, le choix pourrait se traduire entre une alternative partagée entre son expertise ou son équilibre de vie personnelle. Par exemple, un métier plus orienté vers la relation dans le montage de projets à l’export dans la construction, qui est sa spécialité. Ou à faire un pas de côté, vers un métier plus local, dans la gestion de plans d’aménagement au sein d’une collectivité pour mesurer directement son impact. Dilemme !

La troisième étape consiste à passer à l’action avec détermination. Les plus belles réussites observées chez les jeunes diplômés qui se réorientent sont celles où l’action repose sur une démarche focalisée, presque entrepreneuriale. Mais ces trois étapes ne sont pas une recette. Elles supposent de rester solide sur ses priorités et proactif dans la connaissance de son environnement préféré. Dit autrement, la réponse aux questions de notre ingénieure débutante se révèlera grâce à sa capacité à s’informer et aller au contact. Ce faisant des options se présenteront à elle, dans sa voie toute tracée, ou pour changer de voie ! La démarche serait la même en fin de compte !

La vie professionnelle étant de plus en plus longue, le contexte en entreprise très instable, la capacité à savoir opérer un changement de voie sera un atout déterminant pour le reste de la carrière. Pour les diplômés du supérieur, marqués par leurs diplômes, cette manière de faire est souvent inconfortable. Car elle oblige en apparence à renoncer à ses acquis, ou à perdre en crédibilité. En apparence seulement ! Voici donc une vraie compétence à cultiver dès le début de carrière !

 


 

Envie de retrouver du sens au travail, de faire le point sur votre carrière ou même de vous reconvertir ? Primaveras a crée une méthode pour faire les bons choix professionnels.
Découvrez notre programme et inscrivez-vous à une visio d’infomations pour rencontrer notre équipe et poser vos questions !
Vous pouvez suivre toutes les actualités de Primaveras sur Linkedin et Facebook.

Une question précise ?