Nous vous parlions dans d’autres articles du burn out et du bore out. Voici maintenant le brown out, une autre forme d’épuisement au travail, qui se traduit par un manque de motivation lié à la perte de sens.

Qu’est-ce que le brown out ?

 

En anglais, brown out signifie “coupure d’électricité” ou “baisse de tension d’appareil électrique”. On peut le traduire ici par un “manque de jus”. A ne pas confondre avec le burn out ou le bore out, le brown out est un épuisement professionnel dû à un sentiment de perte de sens. Il est d’ailleurs plus difficile à détecter car plus insidieux.

L’actif en situation de brown out n’a plus d’énergie pour travailler, parce qu’il ne trouve plus de sens à ce qu’il fait. Il a l’impression d’être inutile à l’entreprise et à la société de manière générale.

Le brown out est beaucoup plus susceptible de toucher quelqu’un qui exerce ce qu’on appelle un “bullshit job”. Cette appellation conceptualisée par l’anthropologue Graeber, désigne un emploi qui n’est pas indispensable au bon fonctionnement de la société. Il concerne de nombreux métiers assez récents, nés avec l’essor des nouvelles technologies, souvent des postes à responsabilités et bien payés. On illustre souvent par les métiers de chef de projet, ou de consultant dans un domaine très généraliste ou encore de cadre de la finance.

Les caractéristiques du brown out

 

Le brown out est bien moins connu et étudié que le burn out. Toutefois, certains symptômes peuvent alerter sur un potentiel développement de ce mal-être professionnel :

– une perte de motivation de plus en plus grandissante
– un sentiment d’inutilité et d’absurdité du travail à réaliser
– une baisse d’attention lors de la réalisation des tâches
– une diminution de l’estime de soi
– un repli sur soi

Le salarié est beaucoup plus lent dans ses tâches, il procrastine et refuse de s’investir, parce que son travail ne l’intéresse plus du tout. S’il en a la possibilité, il va avoir tendance à multiplier les absences et les arrêts de travail pour échapper à son quotidien professionnel.

Contrairement à une personne en burn out, le salarié en brown out ne présente pas un réel état de crise et continue à être opérationnel sur son poste. Sa démission est surtout mentale, ce qui la rend d’autant plus difficile à repérer.

Que faire face au brown out ?

 

Face au risque de brown out, les entreprises et les managers peuvent agir en prévention. Ils peuvent par exemple veiller à créer des conditions de travail favorables à la création de sens, grâce à des solutions comme le développement des compétences, le management horizontal, la reconnaissance du collaborateur etc.

Pour un salarié en brown out, le travail avec un thérapeute est susceptible d’aider à retrouver du sens dans certains cas. Mais bien souvent, tout comme face à une situation de bore out, la solution se trouve ailleurs, par exemple dans une reconversion professionnelle. Dans ce cas, des structures d’accompagnement comme Primaveras vous tendent les bras pour vous aider à retrouver une vie professionnelle remplie de sens.


 

 Envie de faire le point sur votre carrière, voire de reconversion ou tout simplement de retrouver du sens au travail ? Faisons connaissance lors d’une visio d’informations !

 Vous pouvez suivre toutes les actualités de Primaveras sur Linkedin, Facebook et Instagram.

Partagez cet article :

Une question précise ?