Aujourd’hui, je suis journaliste en reconversion, donc j’ai repris des études. Je viens de terminer mon année de master 1 à l’école de journalisme de Lille, et j’ai attaqué mes premières expériences en rédaction cet été.

Initialement j’avais fait Centrale Paris avec le parcours habituel : la prépa, puis l’école d’ingénieur. Ensuite, je me suis retrouvé ingénieur en chef de projet avec le CDI et tout ce qui va avec – bref, la petite vie bien rangée à 23 ans. Mais je ne trouvais pas vraiment de sens à ce que je faisais.

Primaveras m’a permis de faire le point sur ce que j’avais envie de faire, sur ce qui me plaisait vraiment et d’approfondir, de commencer à effectuer des recherches sur le domaine du journalisme. Moi, j’étais arrivé avec une idée très vague et je suis ressorti avec l’idée que oui, j’allais faire du journalisme.

Après, est-ce que je serai journaliste à plein temps dans 5 ans, dans 10 ans ? Je ne peux pas vraiment savoir puisqu’il y a 5 ans, j’étais encore en train de travailler comme ingénieur. Je me dis juste que si à un moment je devais bifurquer, je saurais reconnaître les signes avant-coureurs.

La méthode Primaveras a été pour moi un très bon moyen de remettre le pied à l’étrier. Pour ceux qui connaissent la situation que j’ai connue, je recommande assez chaudement ! Les jeunes, n’hésitez pas à vous reconvertir en début de carrière si vous sentez que ce que vous faites n’est pas fait pour vous. Si ce n’est pas fait pour vous à 25 ans, ça ne le sera pas plus à 27 ou 28 ans.

Une question précise ?